Une conseillère en or : Agostina Ceccucci, conseillère Gestion de patrimoine et planificatrice financière

Le REER et le CELI sont des régimes fiscaux qui sont généralement bien connus par les gens. Toutefois, au fil de mes rencontres avec les membres, j’ai réalisé que certains mythes reviennent souvent dans les discussions. C’est pourquoi je vous propose aujourd’hui de déboulonner les plus persistants!

1. Le REER est seulement utile pour ceux qui approchent ou qui sont à la retraite

Pas du tout, au contraire! Plus vous commencez à cotiser tôt, moins vous devrez investir puisque vous ferez travailler votre argent pour vous. C’est la magie du rendement composé : le rendement fait sur votre rendement. Le REER peut aussi être utilisé pour réaliser d’autres grands projets de vie, tels que l’achat d’une première maison grâce au régime d’accession à la propriété (RAP) ou encore le régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP).

2. Le REER est un placement

Pas tout à fait… Le REER est un compte enregistré lequel vous déposez des cotisations annuelles vous permettant de réaliser des économies d’impôt. L’argent déposé dans votre REER peut ensuite être investi dans plusieurs options de placements afin de le faire fructifier. L’un des avantages est que vous ne payez pas d’impôt sur les intérêts, dividendes et gains en capital tant que votre argent est détenu dans un REER.

3. Le compte CELI est un compte d’épargne dans lequel je peux piger comme je veux

Bien qu’il soit permis de retirer des sommes de votre CELI, il est important de savoir que vous pourrez les remettre seulement à compter de l’année suivante. Comme l’avantage principal du CELI est de pouvoir générer des revenus à l’abri de l’impôt à l’aide de vos investissements, de toute évidence, peu de revenus seront générés si vous effectuez fréquemment des retraits!

4. Le CELI est mieux que le REER puisqu’il n’y a pas d’impôt à payer sur les retraits

Si vous n’avez pas d’impôt à payer lorsque vous retirez des sommes de votre CELI, c’est parce que vous n’avez pas obtenu de réduction d’impôt en cotisant, contrairement au REER. Le REER, pour sa part, permet de reporter l’impôt à payer au moment des retraits puisque de façon générale, le revenu – donc le taux d’imposition – est plus faible à la retraite. De toute façon, le plus important, c’est de faire croître l’argent à l’abri de l’impôt sur une très longue période!

5. Le CELI n’est pas accessible à ceux qui ne travaillent pas.

Le CELI est disponible pour tout Canadien de 18 ans et plus, peu importe qu’il ait des revenus de travail, de retraite ou même aucun revenu. Il est permis de cotiser 6 000 $ cette année et la limite cumulative depuis 2009 est de 69 500 $. N’attendez plus pour commencer à épargner!

Conseils REER-CELI précieux, impôt presque miraculeux!

Être accompagné par un spécialiste dans la gestion de vos finances, ça vaut de l’or. Pour des conseils personnalisés et des plans d’épargne avantageux, consultez dès maintenant votre conseiller de la Caisse Desjardins du Centre-nord de Montréal :


Liens utiles :